Véronèse, Paul

Portrait - Paul Véronèse
Véronèse, Paul
Nationalité

Italienne

Naissance & Décès 1528 - 1588
Mouvement

Ecole vénitienne

Formation
Influence

Corrège, Parmesan, Raphaël

Paolo Caliari, dit Véronèse, tire son pseudonyme de sa ville de naissance, Vérone, où il nait en 1528. Très jeune, il intègre l’atelier de son père, sculpteur et tailleur de pierre, et y découvre son goût pour l’art. Mais les intérêts du jeune garçon vont plutôt vers la peinture ce qui pousse son père à le placer chez son oncle peintre, Antonio Badile. Le jeune apprenti se forme alors au contact des artistes locaux tout en appréciant le rayonnement des artistes renaissants, tels que Parmesan ou Corrège. Tableau Véronèse - Portrait d'une Vénitienne (la Belle Nani) (1560)
Portrait d’une Vénitienne (la Belle Nani) (1560)

Un coloriste réputé

Ses talents lui valent d’être remarqué dans sa ville natale, où on lui commande des retables pour les églises, mais également aux alentours. En 1553, on lui propose de décorer l’église San Sebastiano de Venise. Le succès est presque immédiat et Véronèse s’installe alors à Venise où les commandes affluent. Grâce à ses allégories de la Musique, de la Géométrie et de l’Honneur ornant la bibliothèque Saint Marc, l’artiste gagne un concours organisé par la République de Venise qui le propulse sur le devant de la scène artistique italienne. Désormais peintre de la noblesse et du clergé, il réalise de nombreuses fresques et tableaux, se démarquant par son utilisation virtuose du coloris. Il réalise ainsi en 1563 l’œuvre qui fait encore aujourd’hui son succès : Les noces de Cana, tableau monumental aujourd’hui exposé au Louvre.

Tableau Véronèse - Les Noces de Cana (1563)
Les Noces de Cana (1563)

Par la suite, il retourne à Vérone et y épouse sa cousine Elena Badille, avec laquelle il a quatre enfants. Il poursuit ainsi sa carrière artistique, continuant à réaliser des scènes à la touche si particulière où le maniérisme des gestes se mêle à la théâtralité des actions. Il meurt en 1588, figure proue de la renaissance vénitienne.

Tableau Véronèse - Persée délivrant Andromède (vers 1576)
Persée délivrant Andromède (vers 1576)
P
Paolo Caliari, dit Véronèse, tire son pseudonyme de sa ville de naissance, Vérone, où il nait en 1528. Très jeune, il intègre l’atelier de son père, sculpteur et tailleur de pierre, et y découvre son goût pour l’art. Mais les intérêts du jeune garçon vont plutôt vers la peinture ce qui pousse son père à le placer chez son oncle peintre, Antonio Badile. Le jeune apprenti se forme alors au contact des artistes locaux tout en appréciant le rayonnement des artistes renaissants, tels que Parmesan ou Corrège. Tableau Véronèse - Portrait d'une Vénitienne (la Belle Nani) (1560)
Portrait d’une Vénitienne (la Belle Nani) (1560)

Un coloriste réputé

Ses talents lui valent d’être remarqué dans sa ville natale, où on lui commande des retables pour les églises, mais également aux alentours. En 1553, on lui propose de décorer l’église San Sebastiano de Venise. Le succès est presque immédiat et Véronèse s’installe alors à Venise où les commandes affluent. Grâce à ses allégories de la Musique, de la Géométrie et de l’Honneur ornant la bibliothèque Saint Marc, l’artiste gagne un concours organisé par la République de Venise qui le propulse sur le devant de la scène artistique italienne. Désormais peintre de la noblesse et du clergé, il réalise de nombreuses fresques et tableaux, se démarquant par son utilisation virtuose du coloris. Il réalise ainsi en 1563 l’œuvre qui fait encore aujourd’hui son succès : Les noces de Cana, tableau monumental aujourd’hui exposé au Louvre.

Tableau Véronèse - Les Noces de Cana (1563)
Les Noces de Cana (1563)

Par la suite, il retourne à Vérone et y épouse sa cousine Elena Badille, avec laquelle il a quatre enfants. Il poursuit ainsi sa carrière artistique, continuant à réaliser des scènes à la touche si particulière où le maniérisme des gestes se mêle à la théâtralité des actions. Il meurt en 1588, figure proue de la renaissance vénitienne.

Tableau Véronèse - Persée délivrant Andromède (vers 1576)
Persée délivrant Andromède (vers 1576)
P