Utagawa Kunisada

kunisada_shini_e
Utagawa Kunisada
Nationalité

Japonaise

Naissance & Décès 1786 - 1865
Mouvement

Ukyio-e

Formation
Influence
Utagawa Kunisada naît à Edo en 1786. Bien que moins connu que ses contemporains Hokusai et Utamaro, il fut pourtant l’un des peintres de l’ukyio-e les plus populaires et les plus prospères de son époque.

De la formation aux premiers succès

Utagawa Kunisada grandit dans une famille tournée vers les arts. Son père était un poète amateur, mais il meurt un an après la naissance de son fils. Dès son plus jeune âge, Kunisada fait preuve d’une grande aptitude pour le dessin en copiant les estampes des acteurs de Kabuki (une forme épique de théâtre japonais traditionnel). Aux alentours de 1800, le jeune homme est accepté dans le prestigieux atelier de Toyokuni, alors l’un des plus grands maîtres de l’ukyio-e. Ses premières œuvres représentent essentiellement des acteurs, une spécialité de l’école d’Utagawa dont son maître fait partie, ainsi que des portraits de femmes (surtout des courtisanes), appelés bijin-ga. Le jeune artiste s’essaye également aux portraits de guerriers et aux paysages, mais il n’en peindra jamais beaucoup, bien que ceux-ci aient été très bien accueillis par le public. Ses œuvres se font rapidement connaître et sont très appréciées à Edo. Ainsi, Kunisada reçoit de nombreuses commandes tout au long de sa carrière.

Estampe Kunisada - Musique secrète du Biwa, fleur de Bibacier: Matsunami Kengyo jouant Akushichi Byoe
Musique secrète du Biwa, fleur de Bibacier: Matsunami Kengyo jouant Akushichi Byoe

L’apogée d’un maître de l’ukiyo-e

Dans les années 1830, Kunisada est déjà un peintre reconnu. Il réalise de nombreuses estampes érotiques, les shungas, qui lui assurent la prospérité. Mais il doit abandonner cette production avec l’arrivée des réformes de l’ère Tenpō, en 1842, qui censurent une partie des estampes représentant des courtisanes et des scènes érotiques. Entre 1844 et 1845, Kunisada change de nom pour prendre celui de son maître, et devient donc Toyokuni III. Sa notoriété assurée, il est alors au sommet de sa carrière grâce à ses portraits de femmes et de guerriers. Ses œuvres sont admirables par la qualité et la diversité des couleurs, souvent vives et intenses. Les bleu, vert, rouge et jaune des paysages contrastent avec la blancheur de la peau des personnages. Ses portraits sont tous représentés dans des paysages urbains ou dans des intérieurs. De même, les estampes de Kunisada se caractérisent par la recherche de l’expressivité des individus.

Estampe Kunisada - Une serveuse portant un plateau de nourriture
Une serveuse portant un plateau de nourriture
Jusqu’à sa mort, en 1865, Kunisada est un peintre prolifique. On estime qu’il a réalisé plus de 20 000 œuvres durant sa carrière.
U
Utagawa Kunisada naît à Edo en 1786. Bien que moins connu que ses contemporains Hokusai et Utamaro, il fut pourtant l’un des peintres de l’ukyio-e les plus populaires et les plus prospères de son époque.

De la formation aux premiers succès

Utagawa Kunisada grandit dans une famille tournée vers les arts. Son père était un poète amateur, mais il meurt un an après la naissance de son fils. Dès son plus jeune âge, Kunisada fait preuve d’une grande aptitude pour le dessin en copiant les estampes des acteurs de Kabuki (une forme épique de théâtre japonais traditionnel). Aux alentours de 1800, le jeune homme est accepté dans le prestigieux atelier de Toyokuni, alors l’un des plus grands maîtres de l’ukyio-e. Ses premières œuvres représentent essentiellement des acteurs, une spécialité de l’école d’Utagawa dont son maître fait partie, ainsi que des portraits de femmes (surtout des courtisanes), appelés bijin-ga. Le jeune artiste s’essaye également aux portraits de guerriers et aux paysages, mais il n’en peindra jamais beaucoup, bien que ceux-ci aient été très bien accueillis par le public. Ses œuvres se font rapidement connaître et sont très appréciées à Edo. Ainsi, Kunisada reçoit de nombreuses commandes tout au long de sa carrière.

Estampe Kunisada - Musique secrète du Biwa, fleur de Bibacier: Matsunami Kengyo jouant Akushichi Byoe
Musique secrète du Biwa, fleur de Bibacier: Matsunami Kengyo jouant Akushichi Byoe

L’apogée d’un maître de l’ukiyo-e

Dans les années 1830, Kunisada est déjà un peintre reconnu. Il réalise de nombreuses estampes érotiques, les shungas, qui lui assurent la prospérité. Mais il doit abandonner cette production avec l’arrivée des réformes de l’ère Tenpō, en 1842, qui censurent une partie des estampes représentant des courtisanes et des scènes érotiques. Entre 1844 et 1845, Kunisada change de nom pour prendre celui de son maître, et devient donc Toyokuni III. Sa notoriété assurée, il est alors au sommet de sa carrière grâce à ses portraits de femmes et de guerriers. Ses œuvres sont admirables par la qualité et la diversité des couleurs, souvent vives et intenses. Les bleu, vert, rouge et jaune des paysages contrastent avec la blancheur de la peau des personnages. Ses portraits sont tous représentés dans des paysages urbains ou dans des intérieurs. De même, les estampes de Kunisada se caractérisent par la recherche de l’expressivité des individus.

Estampe Kunisada - Une serveuse portant un plateau de nourriture
Une serveuse portant un plateau de nourriture
Jusqu’à sa mort, en 1865, Kunisada est un peintre prolifique. On estime qu’il a réalisé plus de 20 000 œuvres durant sa carrière.
U