Signac, Paul

paul-signac
Signac, Paul
Nationalité

Française

Naissance & Décès 1863 - 1935
Mouvement

Pointillisme

Formation
Influence

Monet, Seurat

Paul Signac Victor Jules, né le 11 novembre 1863 à Paris, est une des figures majeures du courant néo-impressionniste et de la vague divisionniste. Sa collaboration avec Georges Seurat mènera au développement du style pointilliste. Il suit une formation en architecture avant de se décider à se lancer dans une carrière de peintre à l’âge de dix huit ans après avoir découvert Claude Monet.

Une approche scientifique de la peinture

Il rencontre ce dernier et Seurat en 1884. Il est tout de suite interpellé par les méthodes de travail scientifiques et récurrentes de Seurat et par la théorie des couleurs qu’il met en place. Signac décide de tenter l’expérience du pointillisme en juxtaposant scientifiquement des petits points de couleur pure. En 1886, Signac rencontre van Gogh à Paris. L’année suivante, ils prennent l’habitude d’aller peindre les paysages fluviaux et les cafés d’Asnières-sur-Seine.

Tableau Signac - Les Andelys, la berge (1886)
Les Andelys, la berge (1886)

L’engagement anarchise

En 1888, il se découvre une passion pour les idées anarchistes. Il va même jusqu’à les soutenir en faisant des dons financiers et de tableaux au journal de Jean Grave « Les Nouveaux Temps ». Il réalise Au temps d’harmonie qui devait s’intituler Au temps de l’anarchie. Passionné par la côte française, il s’attache à peindre l’eau. Chaque été, il en profite pour descendre dans le sud de la France. Il commence à naviguer à partir de 1892 en voilier. Il réalise de son séjour maritime de grandes toiles avec des touches de couleurs telles des mosaïques. Il en profite également pour acheter La Hune, une maison à Saint-Tropez, dans laquelle il invite ses amis. Tableau Signac - Le Pin de Bonaventure (1893)

De 1908 jusqu’à sa mort, il préside la Société des Artistes Indépendant. Il encourage les jeunes artistes comme Matisse auquel il achète son premier tableau et il expose les œuvres critiquées des Cubistes et des Fauves. Le 15 août 1935, il meurt à la suite d’une septicémie à Paris.
P
Paul Signac Victor Jules, né le 11 novembre 1863 à Paris, est une des figures majeures du courant néo-impressionniste et de la vague divisionniste. Sa collaboration avec Georges Seurat mènera au développement du style pointilliste. Il suit une formation en architecture avant de se décider à se lancer dans une carrière de peintre à l’âge de dix huit ans après avoir découvert Claude Monet.

Une approche scientifique de la peinture

Il rencontre ce dernier et Seurat en 1884. Il est tout de suite interpellé par les méthodes de travail scientifiques et récurrentes de Seurat et par la théorie des couleurs qu’il met en place. Signac décide de tenter l’expérience du pointillisme en juxtaposant scientifiquement des petits points de couleur pure. En 1886, Signac rencontre van Gogh à Paris. L’année suivante, ils prennent l’habitude d’aller peindre les paysages fluviaux et les cafés d’Asnières-sur-Seine.

Tableau Signac - Les Andelys, la berge (1886)
Les Andelys, la berge (1886)

L’engagement anarchise

En 1888, il se découvre une passion pour les idées anarchistes. Il va même jusqu’à les soutenir en faisant des dons financiers et de tableaux au journal de Jean Grave « Les Nouveaux Temps ». Il réalise Au temps d’harmonie qui devait s’intituler Au temps de l’anarchie. Passionné par la côte française, il s’attache à peindre l’eau. Chaque été, il en profite pour descendre dans le sud de la France. Il commence à naviguer à partir de 1892 en voilier. Il réalise de son séjour maritime de grandes toiles avec des touches de couleurs telles des mosaïques. Il en profite également pour acheter La Hune, une maison à Saint-Tropez, dans laquelle il invite ses amis. Tableau Signac - Le Pin de Bonaventure (1893)

De 1908 jusqu’à sa mort, il préside la Société des Artistes Indépendant. Il encourage les jeunes artistes comme Matisse auquel il achète son premier tableau et il expose les œuvres critiquées des Cubistes et des Fauves. Le 15 août 1935, il meurt à la suite d’une septicémie à Paris.
P