Moreau, Gustave

Moreau Portrait
Moreau, Gustave
Nationalité

Française

Naissance & Décès 1826 - 1898
Mouvement

Symbolisme

Formation École nationale supérieure des beaux-arts
Influence

Delacroix, Chassériau

Peintre symboliste du XIXème siècle, Gustave Moreau ne connut qu’un succès timide durant sa vie. Né à Paris en 1826, il commence à dessiner très tôt et semble très prometteur. Il intègre l’école royale des beaux-arts en 1846, alors âgé de 20 ans, mais la quitte quelques années plus tard après avoir essuyé deux échecs au Prix de Rome. En 1851, il fait la rencontre décisive du peintre Théodore Chassériau qui eut une influence considérable sur son œuvre. S’en suit une période où Moreau ne parvient pas à être véritablement reconnu. Il est certes accepté au Salon officiel mais peine à trouver le succès.

La reconnaissance publique

Il faut attendre 1864 et la présentation de son œuvre Œdipe et le Sphinx pour que le peintre trouve enfin son public.

Tableau Moreau - Oepide et le sphinx (1864)
Œdipe et le sphinx (1864)

Il obtient une médaille en 1869 grâce à ses œuvres Prométhée et l’Enlèvement d’Europe mais il est si sévèrement jugé par la critique qu’il décide de se retirer de la vie publique. Il s’isole alors dans son atelier parisien mais continue de créer, mûrissant ses plus belles œuvres. Il présente ainsi au Salon de 1876 l’huile sur toile Salomé devant Hérode et l’aquarelle l’Apparition, deux œuvres reconnues aujourd’hui comme parmi ses plus beaux chefs-d’œuvre. La mort de sa mère en 1884 le plonge dans un profond désespoir et ralentit sa création. A l’origine artiste, Moreau se fait désormais professeur et consacre les dernières années de sa vie à l’enseignement avec pour élèves, entre autres, Henri Matisse et Georges Rouault, deux futurs maîtres du fauvisme et dans lesquels il voit un potentiel fort. Il achève en 1895 son dernier chef-d’œuvre, Jupiter et Sémélé. Il meurt en 1898 en léguant sa maison familiale à l’Etat pour qu’elle soit transformée en un musée regroupant ses œuvres, qui est aujourd’hui le Musée Gustave Moreau.

Tableau Moreau - Jupiter et Sémélé (1896)
Jupiter et Sémélé (1896)
P
Peintre symboliste du XIXème siècle, Gustave Moreau ne connut qu’un succès timide durant sa vie. Né à Paris en 1826, il commence à dessiner très tôt et semble très prometteur. Il intègre l’école royale des beaux-arts en 1846, alors âgé de 20 ans, mais la quitte quelques années plus tard après avoir essuyé deux échecs au Prix de Rome. En 1851, il fait la rencontre décisive du peintre Théodore Chassériau qui eut une influence considérable sur son œuvre. S’en suit une période où Moreau ne parvient pas à être véritablement reconnu. Il est certes accepté au Salon officiel mais peine à trouver le succès.

La reconnaissance publique

Il faut attendre 1864 et la présentation de son œuvre Œdipe et le Sphinx pour que le peintre trouve enfin son public.

Tableau Moreau - Oepide et le sphinx (1864)
Œdipe et le sphinx (1864)

Il obtient une médaille en 1869 grâce à ses œuvres Prométhée et l’Enlèvement d’Europe mais il est si sévèrement jugé par la critique qu’il décide de se retirer de la vie publique. Il s’isole alors dans son atelier parisien mais continue de créer, mûrissant ses plus belles œuvres. Il présente ainsi au Salon de 1876 l’huile sur toile Salomé devant Hérode et l’aquarelle l’Apparition, deux œuvres reconnues aujourd’hui comme parmi ses plus beaux chefs-d’œuvre. La mort de sa mère en 1884 le plonge dans un profond désespoir et ralentit sa création. A l’origine artiste, Moreau se fait désormais professeur et consacre les dernières années de sa vie à l’enseignement avec pour élèves, entre autres, Henri Matisse et Georges Rouault, deux futurs maîtres du fauvisme et dans lesquels il voit un potentiel fort. Il achève en 1895 son dernier chef-d’œuvre, Jupiter et Sémélé. Il meurt en 1898 en léguant sa maison familiale à l’Etat pour qu’elle soit transformée en un musée regroupant ses œuvres, qui est aujourd’hui le Musée Gustave Moreau.

Tableau Moreau - Jupiter et Sémélé (1896)
Jupiter et Sémélé (1896)
P