Fragonard, Jean-Honoré

Autoportrait Fragonard
Fragonard, Jean-Honoré
Nationalité

Française

Naissance & Décès 1732 - 1806
Mouvement

Rococo

Formation Académie de France à Rome
Influence

Rubens

Petit garçon espiègle, Jean Honoré Fragonard se découvre rapidement un goût pour le dessin et la peinture. Il naît dans une large famille, un clan presque, qui l’entourera jusqu’à Paris. Il voit le jour à Grasse, qu’il doit quitter à l’âge de 6 ans pour Paris. Arrivé là, sa mère l’emmène voir les grands maîtres de l’époque. Le garçon commence son apprentissage chez Jean Siméon Chardin, le formant ici à la capture du réel à travers natures mortes et scènes de genre. A quatorze ans, il rentre dans l’atelier de Boucher où il apprend la légèreté oisive du Rococo.

Un maître du rococo

Six ans plus tard, il remporte le Prix de Rome. Il part donc en Italie pour suivre les leçons de l’Académie alors dirigée par Carle Van Loo. A la fois gai et jovial, il peut se montrer capricieux, ombrageux et tend à se réfugier dans le silence à chaque épreuve. Lorsqu’il revient en France, il est accueilli comme un peintre doué, au pinceau sûr.

Tableau Fragonard -  Diane et Endymion (1753 - 1756)
Diane et Endymion (1753 – 1756)

Il fait impression à la Cour, les commandes affluent et il obtient bientôt un atelier au Louvre. Peu soucieux de l’avis de la critique, il n’exposera plus au Salon et consacre son œuvre à la commandes d’amateurs d’art. En 1769, il épouse Marie-Anne Gérard, peintre miniaturiste originaire, comme lui, de Grasse. Elle lui donnera deux enfants, Rosalie et Alexandre Evariste qui se révèlera doué pour les arts et intègrera l’atelier de Jacques Louis David. Fragonard ira une seconde fois en Italie en 19773 où il retrouve une palette chaude et généreuse, à l’initiative du fermier général Bergeret. Pendant la période révolutionnaire, il est nommé conservateur du Musée du Louvre par l’Assemblée Nationale. Il y effectue un formidable travail de récolement, de classification et d’archivage des œuvres. En 1805, il est chassé du Louvre, comme ses pairs, suite au décret impérial. Il décède un an plus tard d’une congestion cérébrale, dans un dénuement total. Au cours de sa carrière, Fragonard explora une large variété de sujets, depuis les charmantes délicatesses de la vie familiale aux ébats amoureux plus ou moins sensuels.

Tableau Fragonard -  La balançoire (1775 - 1780)
La balançoire (1775-1780)
P
Petit garçon espiègle, Jean Honoré Fragonard se découvre rapidement un goût pour le dessin et la peinture. Il naît dans une large famille, un clan presque, qui l’entourera jusqu’à Paris. Il voit le jour à Grasse, qu’il doit quitter à l’âge de 6 ans pour Paris. Arrivé là, sa mère l’emmène voir les grands maîtres de l’époque. Le garçon commence son apprentissage chez Jean Siméon Chardin, le formant ici à la capture du réel à travers natures mortes et scènes de genre. A quatorze ans, il rentre dans l’atelier de Boucher où il apprend la légèreté oisive du Rococo.

Un maître du rococo

Six ans plus tard, il remporte le Prix de Rome. Il part donc en Italie pour suivre les leçons de l’Académie alors dirigée par Carle Van Loo. A la fois gai et jovial, il peut se montrer capricieux, ombrageux et tend à se réfugier dans le silence à chaque épreuve. Lorsqu’il revient en France, il est accueilli comme un peintre doué, au pinceau sûr.

Tableau Fragonard -  Diane et Endymion (1753 - 1756)
Diane et Endymion (1753 – 1756)

Il fait impression à la Cour, les commandes affluent et il obtient bientôt un atelier au Louvre. Peu soucieux de l’avis de la critique, il n’exposera plus au Salon et consacre son œuvre à la commandes d’amateurs d’art. En 1769, il épouse Marie-Anne Gérard, peintre miniaturiste originaire, comme lui, de Grasse. Elle lui donnera deux enfants, Rosalie et Alexandre Evariste qui se révèlera doué pour les arts et intègrera l’atelier de Jacques Louis David. Fragonard ira une seconde fois en Italie en 19773 où il retrouve une palette chaude et généreuse, à l’initiative du fermier général Bergeret. Pendant la période révolutionnaire, il est nommé conservateur du Musée du Louvre par l’Assemblée Nationale. Il y effectue un formidable travail de récolement, de classification et d’archivage des œuvres. En 1805, il est chassé du Louvre, comme ses pairs, suite au décret impérial. Il décède un an plus tard d’une congestion cérébrale, dans un dénuement total. Au cours de sa carrière, Fragonard explora une large variété de sujets, depuis les charmantes délicatesses de la vie familiale aux ébats amoureux plus ou moins sensuels.

Tableau Fragonard -  La balançoire (1775 - 1780)
La balançoire (1775-1780)
P