De Goya, Francisco

Goya autoportrait
De Goya, Francisco
Nationalité

Espagnole

Naissance & Décès 1746 - 1828
Mouvement

Romantisme

Formation
Influence

Vélasquez, Rembrandt

Un des grands maîtres de la peinture espagnole, Goya fut un véritable visionnaire. Né en 1746 et fils d’un maître doreur, il commence son apprentissage dès 1760, d’abord à Saragosse puis à Madrid. Il reçoit assez vite ses premières commandes pour orner des édifices religieux et commence à se démarquer. Il est ainsi invité par Anton Raphael Mengs, alors l’un des plus grands peintres de la cour, à se rendre à Madrid où il connait une fulgurante ascension sociale. Il commence tout d’abord par devenir le peintre de l’aristocratie avant d’effectuer, en 1786, le portrait du roi lui-même et devenir peintre de cour.

La peinture thérapeutique

L’année 1792 marque un tournant dans sa vie puisqu’une grave maladie l’accable et le rend sourd. Ses peintures se font alors plus sombres et l’art devient pour lui le moyen de retranscrire toute la détresse qu’il ressent. Il débute alors la série des Caprices et notamment le Rêve de la raison engendre les monstres, qui inspire toute une génération de romantiques. Menacé par l’Inquisition, l’artiste doit revenir à des sujets moins licencieux et reprend ses portraits de cour. Désormais premier peintre de la cour, il affirme son talent de portraitiste en signant des compositions parfois scandaleuses comme sa Maja nue.

Tableau De Goya - La Maja Nue
La Maja nue (vers 1800)

L’engagement politique

L’arrivée des guerres napoléoniennes bouleverse l’Espagne et la monarchie se voit forcée d’abdiquer. Goya, touché par l’horreur des combats, réalise alors ses Désastres de la Guerre, une série d’eaux-fortes où il dénonce les atrocités des conquêtes. L’année 1808 voit le soulèvement des patriotes espagnols et la création par l’artiste de deux de ses œuvres majeures : Dos de Mayo et Tres de Mayo.

Tableau De Goya - Tres de Mayo (1814)
Tres de Mayo (1814)

Ces deux œuvres marquent un tournant dans l’histoire de l’art par leur contenu presque révolutionnaire et résolument moderne. Parallèlement, Goya se replie dans sa « maison des sourds » et réalise ses peintures noires, pleines de pessimisme et d’atrocités. Le retour de la monarchie et l’absolutisme de Ferdinand VII pousse Goya, libéral dans l’âme, à s’exiler. Il part notamment à Bordeaux dès 1824 et peint peu de temps avant sa mort son dernier chef d’œuvre : La laitière de Bordeaux. Il réalise l’œuvre alors que la vieillesse le rattrape, malade, sourd, presque aveugle et fatigué. Il s’éteint en 1828 et demeure encore aujourd’hui l’un des plus grands peintres espagnols, dans la lignée de Vélasquez. Tableau De Goya -  Lecture d'une lettre / Les jeunes  (1814 - 1819)

U
Un des grands maîtres de la peinture espagnole, Goya fut un véritable visionnaire. Né en 1746 et fils d’un maître doreur, il commence son apprentissage dès 1760, d’abord à Saragosse puis à Madrid. Il reçoit assez vite ses premières commandes pour orner des édifices religieux et commence à se démarquer. Il est ainsi invité par Anton Raphael Mengs, alors l’un des plus grands peintres de la cour, à se rendre à Madrid où il connait une fulgurante ascension sociale. Il commence tout d’abord par devenir le peintre de l’aristocratie avant d’effectuer, en 1786, le portrait du roi lui-même et devenir peintre de cour.

La peinture thérapeutique

L’année 1792 marque un tournant dans sa vie puisqu’une grave maladie l’accable et le rend sourd. Ses peintures se font alors plus sombres et l’art devient pour lui le moyen de retranscrire toute la détresse qu’il ressent. Il débute alors la série des Caprices et notamment le Rêve de la raison engendre les monstres, qui inspire toute une génération de romantiques. Menacé par l’Inquisition, l’artiste doit revenir à des sujets moins licencieux et reprend ses portraits de cour. Désormais premier peintre de la cour, il affirme son talent de portraitiste en signant des compositions parfois scandaleuses comme sa Maja nue.

Tableau De Goya - La Maja Nue
La Maja nue (vers 1800)

L’engagement politique

L’arrivée des guerres napoléoniennes bouleverse l’Espagne et la monarchie se voit forcée d’abdiquer. Goya, touché par l’horreur des combats, réalise alors ses Désastres de la Guerre, une série d’eaux-fortes où il dénonce les atrocités des conquêtes. L’année 1808 voit le soulèvement des patriotes espagnols et la création par l’artiste de deux de ses œuvres majeures : Dos de Mayo et Tres de Mayo.

Tableau De Goya - Tres de Mayo (1814)
Tres de Mayo (1814)

Ces deux œuvres marquent un tournant dans l’histoire de l’art par leur contenu presque révolutionnaire et résolument moderne. Parallèlement, Goya se replie dans sa « maison des sourds » et réalise ses peintures noires, pleines de pessimisme et d’atrocités. Le retour de la monarchie et l’absolutisme de Ferdinand VII pousse Goya, libéral dans l’âme, à s’exiler. Il part notamment à Bordeaux dès 1824 et peint peu de temps avant sa mort son dernier chef d’œuvre : La laitière de Bordeaux. Il réalise l’œuvre alors que la vieillesse le rattrape, malade, sourd, presque aveugle et fatigué. Il s’éteint en 1828 et demeure encore aujourd’hui l’un des plus grands peintres espagnols, dans la lignée de Vélasquez. Tableau De Goya -  Lecture d'une lettre / Les jeunes  (1814 - 1819)

U