Classicisme – Néoclassicisme

Classicisme – Néoclassicisme
Période XVIIe siècle (classicisme) / Environ 1750 - 1830 (néoclassicisme)
Thèmes

Bibliques, Mythologiques, Portraits, Peintures d’histoire

Artistes emblématiques

Poussin, Gellée, Ingres, David, Le Guerchin

Né au XVIIe siècle, le classicisme aspire à revenir à une peinture plus ordonnée et plus raisonnée que les extravagances de la peinture baroque. Le mouvement se manifeste en Italie, avec des artistes comme Carrache et le Guerchin, et en France où Nicolas Poussin et Claude Lorrain en sont les représentants les plus célèbres. Tableau Poussin - Les Bergers d'Arcadie (1640)
Les artistes classiques s’inspirent des grands peintres de la Renaissance – Léonard de Vinci, Raphaël, Michel-Ange – pour représenter la beauté idéale. En France, le classicisme se met au service de la monarchie de Louis XIV. A travers la représentation d’une société idéalisée, les artistes souhaitent illustrer les valeurs morales telles que la vertu et la raison. Les portraits exaltent la noblesse et la dignité des modèles et les paysages sont calmes et apaisés. Tableau Gellée - Ulysse remet Chryséis à son père (Marine, soleil couchant) (1644)
Près d’un siècle plus tard, le néoclassicisme marque le retour à un style inspiré de l’Antiquité en réaction au rococo. Le mouvement prend racine à Rome dans les années 1750 puis se développe en France et en Angleterre. Tableau David - Léonidas aux Thermopyles (1814)
Les artistes néoclassiques, parmi lesquels Jacques-Louis David et Dominique Ingres, prennent pour modèle la simplicité et la rationalité des œuvres antiques. Les peintures, souvent de tailles monumentales, sont ordonnées grâce à un réseau de lignes verticales et horizontales et représentent des thèmes illustrant l’Antiquité grecque et romaine. Avec l’avènement de l’Empire en France, les artistes se mettent au service de Napoléon 1er. Tableau Ingres - Napoleon Ier sur le trône impérial (1806)
Le néoclassicisme disparaît progressivement dans les années 1830 avec l’apparition du romantisme.
N
Né au XVIIe siècle, le classicisme aspire à revenir à une peinture plus ordonnée et plus raisonnée que les extravagances de la peinture baroque. Le mouvement se manifeste en Italie, avec des artistes comme Carrache et le Guerchin, et en France où Nicolas Poussin et Claude Lorrain en sont les représentants les plus célèbres. Tableau Poussin - Les Bergers d'Arcadie (1640)
Les artistes classiques s’inspirent des grands peintres de la Renaissance – Léonard de Vinci, Raphaël, Michel-Ange – pour représenter la beauté idéale. En France, le classicisme se met au service de la monarchie de Louis XIV. A travers la représentation d’une société idéalisée, les artistes souhaitent illustrer les valeurs morales telles que la vertu et la raison. Les portraits exaltent la noblesse et la dignité des modèles et les paysages sont calmes et apaisés. Tableau Gellée - Ulysse remet Chryséis à son père (Marine, soleil couchant) (1644)
Près d’un siècle plus tard, le néoclassicisme marque le retour à un style inspiré de l’Antiquité en réaction au rococo. Le mouvement prend racine à Rome dans les années 1750 puis se développe en France et en Angleterre. Tableau David - Léonidas aux Thermopyles (1814)
Les artistes néoclassiques, parmi lesquels Jacques-Louis David et Dominique Ingres, prennent pour modèle la simplicité et la rationalité des œuvres antiques. Les peintures, souvent de tailles monumentales, sont ordonnées grâce à un réseau de lignes verticales et horizontales et représentent des thèmes illustrant l’Antiquité grecque et romaine. Avec l’avènement de l’Empire en France, les artistes se mettent au service de Napoléon 1er. Tableau Ingres - Napoleon Ier sur le trône impérial (1806)
Le néoclassicisme disparaît progressivement dans les années 1830 avec l’apparition du romantisme.
N