Cabanel, Alexandre

Portrait - Alexandre Cabanel
Cabanel, Alexandre
Nationalité

Française

Naissance & Décès 1823 - 1889
Mouvement

Académisme

Formation École des Beaux-Arts de Montpellier et de Paris
Influence

Ingres, Delaroche, Scheffer

Alexandre Cabanel, né en 1823 à Montpellier, est un artiste français actif pendant le Second Empire. Il fait partie des peintres académiques les plus renommés de son époque. Il effectue sa formation artistique à l’école des Beaux-Arts de Montpellier puis s’installe à Paris en 1839 après avoir obtenu une bourse pour continuer sa formation dans la capitale.

Des portraits aux scènes mythologiques

Au début de sa carrière, Cabanel réalise surtout des portraits de membres de l’aristocratie. En parallèle, il peint de nombreux tableaux représentant des scènes de genre ou des scènes historiques, genre très prisé des peintres académiques. A partir de la fin des années 1840, il peint de plus en plus de scènes mythologiques et orientalistes inspirées des toiles romantiques. Ces scènes constituent aujourd’hui ses œuvres les plus connues, comme Albaydé (inspirée du poème Les orientales de Victor Hugo).

Tableau Cabanel - Albaydé ou Albaydé aux yeux de gazelle (1848)
Albaydé ou Albaydé aux yeux de gazelle (1848)
Après avoir reçu les insignes de chevalier de la légion d’honneur en 1855, Cabanel est véritablement reconnu grâce à sa toile représentant La naissance de Vénus, présentée au Salon officiel de 1863. Le tableau est alors repéré et acheté par Napoléon III pour sa collection personnelle avant d’être exposé au musée du Luxembourg à partir de 1881. Il fait aujourd’hui partie de la collection du musée d’Orsay. Tableau Cabanel - La Naissance de Vénus (1863)
La Naissance de Vénus (1863)

Un représentant de l’académisme

Cabanel continue alors sa carrière en tant que peintre officiel. Dans ses portraits, l’expression de la personne représentée est au centre de ses préoccupations. En tant que peintre académique, Cabanel s’attache à représenter l’anatomie humaine et les paysages de manière extrêmement précise, avec une infinité de détails. Ses œuvres, qu’elles soient historiques ou mythologiques, ont très souvent une atmosphère théâtrale et les personnages sont idéalisés. La lumière est primordiale dans ses œuvres : l’artiste utilise souvent la technique du clair-obscur pour accentuer les contrastes lumineux.

Tableau Cabanel - La Mort de Francesca de Rimini et de Paolo Malatesta (1870)
La Mort de Francesca de Rimini et de Paolo Malatesta (1870)
A partir de 1864, Cabanel devient professeur à l’école des Beaux-Arts de Paris puis il fait plusieurs fois partie des membres du jury du Salon entre 1868 et 1888. Cette époque marque le début de nombreuses critiques à son égard : en effet, en tant que peintre académique, Cabanel s’oppose régulièrement aux innovations picturales, représentés notamment par les peintres réalistes et les impressionnistes. L’artiste meurt à Paris en 1889 et est enterré à Montpellier, où un monument est érigé en son honneur en 1892 par l’architecte Jean-Camille Formigé.
A
Alexandre Cabanel, né en 1823 à Montpellier, est un artiste français actif pendant le Second Empire. Il fait partie des peintres académiques les plus renommés de son époque. Il effectue sa formation artistique à l’école des Beaux-Arts de Montpellier puis s’installe à Paris en 1839 après avoir obtenu une bourse pour continuer sa formation dans la capitale.

Des portraits aux scènes mythologiques

Au début de sa carrière, Cabanel réalise surtout des portraits de membres de l’aristocratie. En parallèle, il peint de nombreux tableaux représentant des scènes de genre ou des scènes historiques, genre très prisé des peintres académiques. A partir de la fin des années 1840, il peint de plus en plus de scènes mythologiques et orientalistes inspirées des toiles romantiques. Ces scènes constituent aujourd’hui ses œuvres les plus connues, comme Albaydé (inspirée du poème Les orientales de Victor Hugo).

Tableau Cabanel - Albaydé ou Albaydé aux yeux de gazelle (1848)
Albaydé ou Albaydé aux yeux de gazelle (1848)
Après avoir reçu les insignes de chevalier de la légion d’honneur en 1855, Cabanel est véritablement reconnu grâce à sa toile représentant La naissance de Vénus, présentée au Salon officiel de 1863. Le tableau est alors repéré et acheté par Napoléon III pour sa collection personnelle avant d’être exposé au musée du Luxembourg à partir de 1881. Il fait aujourd’hui partie de la collection du musée d’Orsay. Tableau Cabanel - La Naissance de Vénus (1863)
La Naissance de Vénus (1863)

Un représentant de l’académisme

Cabanel continue alors sa carrière en tant que peintre officiel. Dans ses portraits, l’expression de la personne représentée est au centre de ses préoccupations. En tant que peintre académique, Cabanel s’attache à représenter l’anatomie humaine et les paysages de manière extrêmement précise, avec une infinité de détails. Ses œuvres, qu’elles soient historiques ou mythologiques, ont très souvent une atmosphère théâtrale et les personnages sont idéalisés. La lumière est primordiale dans ses œuvres : l’artiste utilise souvent la technique du clair-obscur pour accentuer les contrastes lumineux.

Tableau Cabanel - La Mort de Francesca de Rimini et de Paolo Malatesta (1870)
La Mort de Francesca de Rimini et de Paolo Malatesta (1870)
A partir de 1864, Cabanel devient professeur à l’école des Beaux-Arts de Paris puis il fait plusieurs fois partie des membres du jury du Salon entre 1868 et 1888. Cette époque marque le début de nombreuses critiques à son égard : en effet, en tant que peintre académique, Cabanel s’oppose régulièrement aux innovations picturales, représentés notamment par les peintres réalistes et les impressionnistes. L’artiste meurt à Paris en 1889 et est enterré à Montpellier, où un monument est érigé en son honneur en 1892 par l’architecte Jean-Camille Formigé.
A