Boucher, François

Boucher Autoportrait
Boucher, François
Nationalité

Française

Naissance & Décès 1703 - 1770
Mouvement

Rococo

Formation Académie royale de peinture et de sculpture
Influence

Lemoyne

Boucher nait à Paris en 1703 et est directement immergé dans le milieu de l’art. Son père était en effet ornementiste et marchand d’estampes, il initia alors son fils à la décoration. En 1720, Boucher intègre un atelier d’illustrateur et s’initie en parallèle à la peinture. Il remporte en 1723 le premier prix de peinture de l’Académie avec une œuvre aujourd’hui perdue. Il part alors étudier à Rome sans pension royale et y fait la rencontre de l’artiste vénitien Tiepolo qu’il admire beaucoup.

L’artiste des aristocrates

A son retour en France, il épouse Marie-Jeanne Buseau qui lui servira de modèle à de nombreuses reprises. Il est agrée en tant que peintre d’histoire de l’Académie en 1731 avant d’être reçu comme académicien en 1734. Il entame alors une longue carrière professionnelle et devient successivement professeur de l’Académie, puis directeur avant de devenir peintre officiel du roi Louis XV en 1765. Il entre alors sous la protection de la Marquise de Pompadour, célèbre maîtresse du roi, dont il reçoit de nombreuses commandes et grâce à laquelle il doit son succès. Elle lui confie notamment les décors de certaines de ses demeures et le place à des rôles importants, notamment comme directeur de la manufacture des tapisseries de Beauvais.

Tableau Boucher - Portrait de la Marquise de Pompadour
Portrait de la Marquise de Pompadour (1758)
Boucher développe durant toute sa carrière une activité foisonnante et se fait le chef de file de la rocaille. Ses compositions traduisaient l’esprit aristocratique de l’époque en écartant toute gravité au profit d’une légèreté et d’une certaine frivolité. Il continue de créer jusqu’à sa mort et expose une dernière œuvre au Salon de 1769. Il meurt en 1770, discrédité par le néoclassicisme naissant mais toujours considéré comme l’un des plus grands artistes du milieu du siècle. Tableau Boucher - Les forges de Vulcain
Les forges de Vulcain (1757)
B
Boucher nait à Paris en 1703 et est directement immergé dans le milieu de l’art. Son père était en effet ornementiste et marchand d’estampes, il initia alors son fils à la décoration. En 1720, Boucher intègre un atelier d’illustrateur et s’initie en parallèle à la peinture. Il remporte en 1723 le premier prix de peinture de l’Académie avec une œuvre aujourd’hui perdue. Il part alors étudier à Rome sans pension royale et y fait la rencontre de l’artiste vénitien Tiepolo qu’il admire beaucoup.

L’artiste des aristocrates

A son retour en France, il épouse Marie-Jeanne Buseau qui lui servira de modèle à de nombreuses reprises. Il est agrée en tant que peintre d’histoire de l’Académie en 1731 avant d’être reçu comme académicien en 1734. Il entame alors une longue carrière professionnelle et devient successivement professeur de l’Académie, puis directeur avant de devenir peintre officiel du roi Louis XV en 1765. Il entre alors sous la protection de la Marquise de Pompadour, célèbre maîtresse du roi, dont il reçoit de nombreuses commandes et grâce à laquelle il doit son succès. Elle lui confie notamment les décors de certaines de ses demeures et le place à des rôles importants, notamment comme directeur de la manufacture des tapisseries de Beauvais.

Tableau Boucher - Portrait de la Marquise de Pompadour
Portrait de la Marquise de Pompadour (1758)
Boucher développe durant toute sa carrière une activité foisonnante et se fait le chef de file de la rocaille. Ses compositions traduisaient l’esprit aristocratique de l’époque en écartant toute gravité au profit d’une légèreté et d’une certaine frivolité. Il continue de créer jusqu’à sa mort et expose une dernière œuvre au Salon de 1769. Il meurt en 1770, discrédité par le néoclassicisme naissant mais toujours considéré comme l’un des plus grands artistes du milieu du siècle. Tableau Boucher - Les forges de Vulcain
Les forges de Vulcain (1757)
B