Botticelli, Sandro

Botticelli - Autoportrait
Botticelli, Sandro
Nationalité

Florentine

Naissance & Décès 1 mars 1445
Mouvement

Renaissance

Formation Ecole de florentine
Influence

Fra Filippo Lippi

Considéré comme l’un des plus grands maîtres de la Renaissance, Alessandro Filipepi, dit Sandro Botticelli, nait à Florence en 1455 d’une famille assez aisée. Son père le fait rapidement entrer dans l’atelier d’un orfèvre où il se découvre un intérêt pour la peinture qui l’incite à poursuivre dans cette voie. Il intègre ainsi l’atelier de Fra Filippo Lippi qu’il quitte au bout de trois années pour poursuivre son apprentissage auprès de Verrocchio et ses deux maîtres auront une grande influence sur ses œuvres et son style.

Un maître de la renaissance florentine

En 1472, alors que Botticelli vient tout juste d’ouvrir son atelier, il signe sa première grande œuvre l’Allégorie de la Force qui lui offre une certaine renommée à Florence et entraine de nouvelles commandes. En 1478, il réalise l’un de ses chefs-d’œuvre, le Printemps, dans lequel s’affirme toute la personnalité de l’artiste et une manière qui lui est propre.

Tableau Botticelli - Le printemps (1482)
Le printemps (1482)

Sa réputation est telle que le Pape Sixte IV l’invite à Rome pour qu’il réalise quelques uns des décors de la toute nouvelle Chapelle Sixtine. Mais Botticelli est avant tout un florentin et sa période romaine n’est que brève, si bien qu’il regagne vite le foyer des Médicis à Florence. C’est avec La Naissance de Vénus en 1484 que l’artiste crée son œuvre la plus emblématique et s’inscrit dans la tendance des sujets profanes.

Tableau Botticelli - La naissance de Vénus (1484)
La naissance de Vénus (1484)

Son goût pour le raffinement des coloris et la grâce du dessin s’affirme tandis que son répertoire se modifie pour revenir à des thèmes plus religieux et spirituels, par exemple avec la Madone du Magnificat. Il signe encore quelques dernières compositions avant que sa santé fragile ne le rattrape. Il meurt en 1510, fatigué et malade, et ouvre la voie à toute une nouvelle génération d’artistes tels que Michel-Ange ou Raphaël qui entrainent sa peinture dans l’oubli. C’est le XIXème siècle qui redécouvre la grâce de Botticelli et le hisse alors au rang d’un des plus grands maîtres de la Renaissance florentine.

Tableau Botticelli - La Calomnie d'Apelle (1494 - 1495)
La Calomnie d’Apelle (1494 – 1495)
C
Considéré comme l’un des plus grands maîtres de la Renaissance, Alessandro Filipepi, dit Sandro Botticelli, nait à Florence en 1455 d’une famille assez aisée. Son père le fait rapidement entrer dans l’atelier d’un orfèvre où il se découvre un intérêt pour la peinture qui l’incite à poursuivre dans cette voie. Il intègre ainsi l’atelier de Fra Filippo Lippi qu’il quitte au bout de trois années pour poursuivre son apprentissage auprès de Verrocchio et ses deux maîtres auront une grande influence sur ses œuvres et son style.

Un maître de la renaissance florentine

En 1472, alors que Botticelli vient tout juste d’ouvrir son atelier, il signe sa première grande œuvre l’Allégorie de la Force qui lui offre une certaine renommée à Florence et entraine de nouvelles commandes. En 1478, il réalise l’un de ses chefs-d’œuvre, le Printemps, dans lequel s’affirme toute la personnalité de l’artiste et une manière qui lui est propre.

Tableau Botticelli - Le printemps (1482)
Le printemps (1482)

Sa réputation est telle que le Pape Sixte IV l’invite à Rome pour qu’il réalise quelques uns des décors de la toute nouvelle Chapelle Sixtine. Mais Botticelli est avant tout un florentin et sa période romaine n’est que brève, si bien qu’il regagne vite le foyer des Médicis à Florence. C’est avec La Naissance de Vénus en 1484 que l’artiste crée son œuvre la plus emblématique et s’inscrit dans la tendance des sujets profanes.

Tableau Botticelli - La naissance de Vénus (1484)
La naissance de Vénus (1484)

Son goût pour le raffinement des coloris et la grâce du dessin s’affirme tandis que son répertoire se modifie pour revenir à des thèmes plus religieux et spirituels, par exemple avec la Madone du Magnificat. Il signe encore quelques dernières compositions avant que sa santé fragile ne le rattrape. Il meurt en 1510, fatigué et malade, et ouvre la voie à toute une nouvelle génération d’artistes tels que Michel-Ange ou Raphaël qui entrainent sa peinture dans l’oubli. C’est le XIXème siècle qui redécouvre la grâce de Botticelli et le hisse alors au rang d’un des plus grands maîtres de la Renaissance florentine.

Tableau Botticelli - La Calomnie d'Apelle (1494 - 1495)
La Calomnie d’Apelle (1494 – 1495)
C